Retrouver la joie

retrouver-la-joie-court-metrage_boris-dunand

Besoin de nature, de mouvement, de jeu. D’être dans le corps, pas dans la tête. Dans le jeu, pas dans la performance. D’être dehors, pas dedans – de sentir l’air, l’ombre d’un arbre, l’herbe, l’eau. De retrouver la joie. Ça remonte à très très loin. Il y a cet événement clef : les vacances avec les cousins en 2010. C’était un ailleurs, c’était cet endroit que j’essaye de décrire, que je n’ai quasiment jamais revécu depuis. Et c’est le lieu où je ressens le plus souvent de la joie.

Il y avait cet interview d’une parisienne (Anaïs Vanel) qui a tout quitté vers 30 ans pour s’installer dans les Landes et faire du surf (regarder l’interview). Il y a une chose qui m’a beaucoup touché dans son témoignage: la redécouverte de la joie. Et elle n’en dit pas grand-chose, mais je crois comprendre ce dont elle parle, et je sais, devine, sens, que ça vient me chercher dans un manque et une expérience connue: le manque et la redécouverte. – Or là ce qui me perturbe à l’instant, c’est que le premier souvenir de joie qui me revient n’est pas si lointain que ça, et plus en lien avec mon quotidien, c’est la période des vlogs courts métrages prosaïques à la gopro. Je m’éclatais complètement en créant ces petites capsules. Il y avait une légèreté, une absence d’exigences, une prise de risque totale, et je me souviens, certes mélangée à une agitation et un manque de calme, mais surtout je me souviens d’une joie, d’une excitation, d’un amusement, d’une liberté.

Et j’ai du coup très envie de recommencer…


Si tu es tenté, je serais ravi de t’accueillir là-bas ➡︎

Utiliser les étiquettes ci-dessous pour naviguer par thème.
Et pour recevoir chacun de mes prochains articles: s’abonner à droite !

Artiste polymorphe suisse

Laisser un commentaire