Montre ce que tu caches

Photographie - Boris Dunand (www.borisdunand

Dire ce que spontanément tu cacherais. Parler de tes hontes, des choses que tu ne trouves pas belles en toi. Tu as la capacité de les voir, de les reconnaître. Utiliser ça. Montrer ce qui voudrait se cacher, justement.

C’est peut-être ça le truc que j’effleure depuis des années, quand je sens que je mets un voile. J’ai toujours cru que le voile, c’était la poésie : trop poétique. Peut-être que c’est plutôt le choix aveugle, la décision inconsciente de ne pas montrer certaines choses, de ne pas pouvoir dire ce qui fait trop peur d’être dit. Prendre le risque d’être vu comme je n’ai pas envie d’être vu. Je la sens bien cette hésitation, cette angoisse, elle est très claire.

Pudeur ou honte ? Censure ou protection ?

Avec la question difficile à démêler : c’est de la pudeur ou de la honte ? Faut-il dire l’intime ? Comment dire l’intime d’une façon crue et poétique à la fois ? L’art fait ça non? C’est de la censure ou de la protection ?

Tout ça: c’est ce que je viens d’écrire qui doit être partagé. D’habitude j’aurais pris ça comme quelque chose qui me rapproche de ce que je vais pouvoir partager. Alors que non, c’est justement ça qu’il faut montrer. C’est vrai. C’est.

Peur – oser
Pudeur – exhibition
Censure – libération

En tout cas, tenter de repérer ce recul intérieur, cette bride, et comprendre que c’est peut-être justement l’indice que je touche à ce qui a le plus besoin d’être mis en jeu. Une alerte inversée. Montrer ce que je veux cacher.


Lire d’autres articles

Utiliser les étiquettes ci-dessous pour naviguer par thème.
Et pour recevoir chacun de mes prochains articles: s’abonner à droite !

Artiste polymorphe suisse

Laisser un commentaire