Les résistances créatives

Photographie - Boris Dunand (www.borisdunand

Faire beaucoup moins d’effort et obtenir beaucoup plus de satisfactions. C’est ce qui me vient après avoir regardé mes derniers brouillons de courts métrages. Je vais chercher beaucoup trop loin. En fait ils sont prêts, si je m’adapte aux résistances, il ne me reste quasiment rien à faire.

L’envie sensible et les résistances

Je sens le même truc que le choix du matériel à prendre pour partir au jura. Instantanément, des scénarios s’activent dans ma tête et me délogent de là où je suis. J’avais ce tout petit minuscule discret élan – même le mot élan me semble fort et inadapté – de prendre le XE1, et dès que j’envisageais ça, je me voyais là-bas avec d’autres appareils, je me voyais revenir avec rien, je me voyais je ne sais pas comment – mais en tout cas le contact intime, discret, subtile avec la présence du XE1 était perdue, et j’étais incapable de répondre à la question : de quoi as-tu envie ?

Et là, c’est pareil : je sens une très vague possibilité d’assumer ce que je viens de visualiser comme c’est, et aussitôt plusieurs pistes contradictoires s’activent en parallèle. Mais si je rajoute une voix ce sera mieux. Mais si je laisse si court, ils vont être frustrés. Mais si d’aucuns s’abonnent pour ça, que vont-ils penser des autres. Mais si youtube me pousse ces vidéos, ceux qui les verront apprécieront-ils les autres (ça je dois avouer que je dois faire un peu gaffe si je ne veux pas de nouveau que l’aide de l’algorithme joue en ma défaveur). Mais c’est dommage d’utiliser ces images aussi chichement. Mais ça ne fait pas court métrage. Etc. Et la toute petite excitation de sentir que j’ai terminé ces récents montages qui me résistent, cette petite sensation a disparu, sous des couches et des couches de questions qui, au lieu de me ramener à l’essentiel (ce que font les bonnes questions) m’en éloignent et – de façon moins imagée – me font perdre le contact avec la perception sensible de ma créativité.

Ils ne me résistent pas en fait, ils résistent à l’idée que je me fais de ce qu’ils devraient être.

Un court métrage grave, qui dirait des choses importantes, vraiment importantes pour moi, ne pourrait pas être réduit par ma créativité. Si le sensible de mes élans me propose de simplifier, c’est que c’est ok. Je peux reconnaître d’ailleurs que ces images récentes, je les aime comme ça, mais je n’ai pas besoin d’en faire plus, d’en tirer davantage.


Lire d’autres articles
Mes courts métrages

Utiliser les étiquettes ci-dessous pour naviguer par thème.
Et pour recevoir chacun de mes prochains articles: s’abonner à droite !

Artiste polymorphe suisse

Laisser un commentaire