Écrire tout ce qui vient

trop-d-emotions_court-metrage-vlog_2021_boris-dunand_goprohero7black-2021_poesie-poetique-artiste-creativite

Les matins libres, c’est la créativité assurée, la respiration retrouvée. Ce moment empêché, je flétris en quelques heures. Vivement que je puisse changer mes horaires. J’aurai du temps ce soir, mais je serai incapable de quoi que ce soit. Ça m’agresse tellement! Oh et puis je n’aime pas prendre du temps à écrire ces emmerdements… (Soupir). Écrire, tout ce qui vient, Boris, je sais, tu n’aimes pas raconter les contrariétés quotidiennes, mais c’est ce qui est là, et c’est aussi ce qui donne accès à tout le reste.

Écrire, écrire seulement, écrire que tu écris, comme un pas fait en avant. Le but c’est d’être avec toi, enroulé dans les pensées et les sensations comme autant de couvertures, de couches chaudes et molles, de chants enveloppants. Écrire – le mot me plaît, le mot fait éclosion. J’écris le mot écrire et l’écriture se met en branle, j’écris le mot écrire et un monde éclot, s’ouvre, se répand. Je peux tout dire. Quelque chose se répare, se répare oui, quoi, je n’en sais rien, pourquoi ce mot réparer, c’est lui qui vient, qui s’impose, mais je sens quand même que la perspective du travail, de la contrainte, si décevante il y a quelques minutes, est en train de changer, qu’elle est moins dure, moins violente, quelque chose se répare, ça me parle, quelque chose m’est donné là, en écrivant, qui rend la suite plus douce. Moment de pure intimité, de jeu, de créativité accomplie. Je suis parfois plus conciliant une fois ce cadeau reçu. Après je me donne plus volontiers. J’ai tiré mon épingle du jeu.


Lire d’autres articles

Utiliser les étiquettes ci-dessous pour naviguer par thème.
Et pour recevoir chacun de mes prochains articles: s’abonner à droite !

Artiste polymorphe suisse

Laisser un commentaire