Comment créer un livre de photographie – 1

editer un livre de photograhie phare bretagne damgan
comment-creer-un-livre-de-photographie-1
Processus | Première étape

Comment créer un livre de photographie: je viens de commencer celui de Bretagne et de Paris. Ça y est, le processus est lancé, j’ai mis un doigt dans l’engrenage. Ça fait plusieurs semaines que j’y pense, je savais qu’il fallait juste attendre: ça marine, ça cherche son chemin et à un moment donné, si c’est vraiment nécessaire intérieurement, ça se fait.

Fond et forme
J’ai choisi le format, sans être parfaitement convaincu, mais je veux tester la plateforme Lulu et la taille que j’imaginais se trouve dans un creux entre deux de leurs propositions. La différence est minime, je peux jouer avec ça. Je peux être souple sur la forme, l’emballage, tant que le fond reste intègre.

Outils et anticipation
J’ai envie de mettre en place une routine créative qui me permette de réaliser les suivants avec moins d’efforts pratiques et plus de liberté d’inspiration. Je fais un document de base (sur Page, largement suffisant et hyper pratique dans sa simplicité et son efficacité) que je pourrai réutiliser, comme pour le livre des polaroids/textes de Grèce: Le sacré du lieu.

Comment créer un livre de photographie: élire et éliminer
Hier je me suis replongé un moment dans les images. J’ai fait un tri dans le premier tri déjà opéré. J’arrive à une 40aine d’images, avec quelques doutes, aussi bien dans celles choisies que dans celles éliminées. La plupart des choisies s’impose cependant assez nettement. Et je trouve très satisfaisant de les passer en revue et de ressentir une sorte d’impact net qui confirme mon choix. C’est une sensation physique, comme une petite gifle dans le regard, c’est net, concis, direct, instantané : une impression, l’image se donne d’un seul coup, dans son entièreté, comme un tout harmonieux. C’est justement quand ceci manque que je doute, et j’essaye alors de trier en moi ce qui fait que je peine à éliminer l’image.

De la même manière, j’essaye de vérifier ce qui me fait éliminer une image en ayant le coeur qui se sert : si je tiens à une image parce qu’elle dit quelque chose d’important pour moi, mais que graphiquement, esthétiquement, je ne la trouve pas assez bonne, intéressante, frappante, est-ce que je dois reconsidérer cette évaluation ?

Un repère intérieur
C’est frappant, je découvre, de faire défiler une série triée au maximum et de ressentir ce saisissement continu. Infiniment plus fort que quand je cède la place à des images qui ne me font pas le même effet. Une force se dégage de l’ensemble. Qui me donne un sentiment d’évidence, de justesse.

Les inspirations
Ma lecture matinale du livre de photographies m’inspire. Ce matin, la page sur Michel Zumpf a ouvert une possibilité qui me permettra peut-être de donner une réponse satisfisante à ces doutes exprimés : peut-être que les images moins fortes singulièrement peuvent se porter mutuellement en étant mises en page plus petites et rassemblées. Il y a sans doute des sous-groupes possibles. Et peut-être que cet impact net, fort et instantané pourra se faire en les mariant.

Lire la suite: Comment créer un livre de photographie – 2


Tous mes livres de photographie chez Blurb
Tous mes livres sur Bookedition

Artiste polymorphe suisse

1 commentaire

Laisser un commentaire