Skip to content

Poésie du rien

DSCF9492

Poésie du rien
Refuge de l’oubli
Echapée d’une heure
Creuse un long silence
Rejoins les mers, les songes
Le lieu d’épure
Que rien ne consomme
A l’encre bleue
Dérive jusqu’au ciel
Jusqu’au sacré sans nom
Aux souffles étendus
Dépose là squelette et chairs
Rends aux montagnes
Le colosse des habitudes
Dors un peu et longtemps
Que je puisse m’allonger
Contempler l’inerte
Et ignorer durablement
De nos danses tous ces pas
Ces rythmes et cadences
Retrouver au fond de mon antre
Le premier silence du regard

 

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :