Skip to content

Mika Ventura joue de l’image

mikaventura_web

La débrouille. Chaude, amicale, passionnée. Poétique souvent aussi. Rire, dire des bêtises, l’enfant libre, et la gravité dessous, pas loin, suggérée par le grain de voix, et par quelques touches l’air de rien: des visions du monde, des aspirations en soupir, ce regard qui doucement va se perdre dans un coin en hauteur, là où l’imaginaire habite. Il aurait voulu être cosmonaute. Discuter avec les extraterrestres lui plairait beaucoup. À défaut, il les a fait parler: initialement, Krash on Earth (binôme vidéo-musical avec DJ RomBeads), délivrait, lors de leurs concerts, les messages projetés de ces aliens moins aliénés que nous, capables de jeter sur notre monde une vision clairvoyante – et critique, on s’en doute…

Ceci dit, la satisfaction, il la trouve déjà simplement l’œilleton collé à l’arcade sourcilière, tentant de capter l’indicible magie qui s’opère à l’insu de tous, dans ce plan fixe où dansent les doigts des pianistes, la valse des passants, l’humeur des brins d’herbe ou les lumières enragées de ses installations de mapping (animation visuelle projetée sur des structures en relief). Il s’amuse et il s’émerveille, espérant amuser les autres et leur proposer des occasions d’émerveillement – cette antidote aux mécanisations de l’être. Et tous les prétextes sont bons, il a le oui facile, Mika, aussi facile que le non est franc. On sait où on navigue. Et on avance: à moins d’avoir des vacances plein les veines, c’est pas la tâche qui fait peur, les heures défilent et il ne compte guère. Multi-autodidacte, il aime ce qu’il fait et le résultat s’en ressent: on est loin de tout amateurisme… (quoiqu’il n’y aie rien de mal à l’amateurisme).

Les Pâquis, il y a traîné toute son enfance, et l’installation de son vaisseau de travail dans ce quartier fait une jolie résonance dans son histoire. VJ (vidéo-jockey) prolixe, inventif et touche-à-tout, vidéaste en constante recherche de nouvelles techniques, graphiste audacieux, Mika, désormais installé avec sa collègue et partenaire Catherine Baroni, s’engage dans la nouvelle année avec des projets plein les rêves, dont la réalisation d’un court métrage qu’on attend avec impatience…

studiocorium.com

Signé: Boris Dunand / pour le journal Nouvelles de quartier